Eloge des cadeaux faits maison

A l’approche des fêtes de Noël, ce sujet est bien dans l’air du temps !

Fabriquer soi-même des objets pour soi ou pour offrir à ses proches est une pratique qui ne va pas de soi dans le quotidien du français moyen qui croule sous les sollicitations marchandes, car on peut tout acheter aujourd’hui. Oui mais… parfois cela n’est pas le meilleur choix.

Entrer dans le monde merveilleux du DIY peut se faire par des chemins qu’on ne soupçonnerait pas ! Pour moi, cela a commencé avec un simple téléphone. Etonnant non? Etant assez maladroite, celui-ci tombait régulièrement ; et bien qu’il soit assez résistant, l’idée de l’affubler d’une coque protectrice fut très rapide. Mais les modèles ainsi que le prix de ces protections éphémères ne m’ont pas convenu.

SAMSUNG

Alors, avec l’aide d’une personne possédant une machine à coudre, la décision fut prise : j’allais fabriquer moi-même ma coque de protection de téléphone. Et de fil en aiguille (excusez la blague facile), après avoir fabriqué plusieurs modèles, toujours différents et améliorés, adaptés à la taille du téléphone, etc. on prend vite goût à cet exercice qui finalement est très valorisateur : J’AI réussi avec MES PETITS DOIGTS (et mon cerveau)  à produire un objet utile. Et on se prend au jeu pour finalement avoir assez confiance en soi et se lancer dans des projets bien plus élaborés : un salon de jardin par exemple !

 

Mais là où l’on passe le cap ultime de fabriquer un objet, c’est quand on ne le fait plus seulement pour avoir l’objet le plus adapté, qui n’existe pas, ou qui nous fait faire des économies. Non, c’est quand on décide de donner de son temps pour mettre tout son cœur à fabriquer un cadeau pour quelqu’un. Cela peut être pour sa famille, ses enfants, ses amis, mais parfois on se sent un peu incompris dans la démarche, comme si on avait été trop radin pour aller acheter un « vrai » cadeau. Pourtant, en offrant un cadeau créé par soi, on offre de son temps, de son énergie, et finalement une véritable part de soi-même ! Cela dépasse la notion de l’achat rapide et parfois impersonnel, synonyme de consumérisme.

Quand on comprend cela, le jour où quelqu’un vous offre à son tour un cadeau fait maison, cela devient un cadeau inoubliable pour lequel on imagine le temps passé dessus rien que pour soi-même… c’est magique !

 

Sac à pain
Sac à pain
Sortie de bain Totoro
Sortie de bain Totoro
Tour de lit bébé
Tour de lit bébé
Sac de sport
Sac de sport
SAMSUNG
Sac
SAMSUNG
T-shirt Totoro

Nettoyer ses WC sans polluer

pexels-photo-88808

Il existe tout un tas de produits magiques pour nettoyer, détartrer, blanchir, déboucher et désodoriser les toilettes. Ils sont aussi nombreux qu’ils sont toxiques pour l’environnement et pour l’homme.
Si vous souhaitez passer à une méthode plus naturelle et respectueuse de la planète, cet article devrait vous donner de quoi changer vos habitudes.

Voici donc une revue des moyens de nettoyage des WC qui sont à la fois non toxiques, simples à utiliser et à fabriquer, et – cerise sur le gâteau – économiques. Pour l’efficacité, tout dépendra de la fréquence de leur utilisation, et également de la dureté de l’eau de votre zone d’habitation.


Nettoyage mono ingrédient : le vinaigre blanc

L’anti-calcaire par excellence bien connu par nos grand-mères, arrières grand-mères et encore avant puisque le vinaigre existe depuis l’Antiquité et séduit depuis longtemps pour ses propriétés antiseptiques. Ici on parle de vinaigre blanc, qui peut aussi s’appeler vinaigre d’alcool et que l’ont trouve facilement en grande surface avec les huiles et vinaigres. Inutile d’acheter un vinaigre blanc spécifique vendu au rayon nettoyants ménager, celui de base est tout aussi efficace. Si en plus vous le trouvez en bidon de 5 litres ou plus, ou encore mieux, en bouteille en verre ou en vrac, c’est le must pour réduire l’utilisation de plastique.

Revenons donc à nos WC.

Un nettoyage régulier / hebdomadaire des WC dans leur totalité peut être fait avec une simple éponge ou torchon microfibre et un spray de vinaigre blanc. Si l’odeur du vinaigre blanc vous indispose, vous pouvez l’adoucir en ajoutant quelques gouttes de votre huile essentielle favorite dans le vaporisateur, ou encore en laissant tremper des écorces d’agrumes dans le flacon pendant au moins 2 semaines.

Cette technique est également fortement conseillée pour le pot de nos chérubins !

Si vos WC sont particulièrement sales, vous pouvez également faire bouillir un mélange de 50% de vinaigre blanc et de 50% d’eau (dans une bouilloire qui profitera ainsi d’un bon détartrage), verser le tout dans la cuvette et refermer l’abattant. Attentions aux vapeurs de vinaigre qui sont assez désagréables à respirer ! Au bout de 30 minutes vous pourrez frotter le fond de la cuvette avec la brosse et passer un petit coup d’éponge / microfibre sur l’abattant.


Détartrage intensif et passif : farine + acide citrique

Cette recette est tirée directement du livre Famille (presque) Zéro déchet de Jérémie Pichon et. C’est une véritable potion magique qui décrasse les WC les plus cra-cra ! La recette est on-ne-peut-plus-simple :

1- Saupoudrer le fond de la cuvette de farine puis ajouter un peu d’acide citrique par dessus

2- Laisser reposer quelques heures

3- Tirer la chasse d’eau et frotter avec la brosse WC

L’acide citrique se trouve facilement en droguerie ou encore en magasin bio dans des sacs en papier kraft. Il a un pouvoir détartrant qui peut être exploité dans d’autres domaines de la maison qui subissent les effets du calcaire.


Pour les adeptes des pastilles WC : recette facile et qui sent bon

De nombreuses recettes de pastilles effervescentes existe sur Internet, et notamment sur Pinterest. Nous vous proposons ici la recette de Maman Ours qui utilise de l’acide citrique et du bicarbonate de soude :

Après avoir placé un masque devant votre bouche et nez pour éviter de trop respirer les effluves de la préparation :

  • Mélanger dans un saladier 280g de bicarbonate de soude et 95g d’acide citrique avec une fourchette
  • Ajouter 30 gouttes d’huile essentielle de lavande – mélanger
  • Ajouter 30 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée – mélanger
  • Ajouter 30 gouttes d’huile essentielle de lemongrass – mélanger
  • Verser une cuillère à soupe d’eau et mélanger encore
  • Mettre le mélanger dans des petits moules en silicone (qui ne seront plus utilisés pour la cuisine, car le silicone sera imprégné de l’odeur des huiles essentielles). Bien tasser, attention il y aura de la poudre un peu partout sur votre plan de travail
  • Laisser sécher toute une nuit à l’air libre puis stocker dans une boite hermétique à l’abri de la chaleur

Utilisation : jeter dans le fond de la cuvette, laisser agir 15 minutes et frotter avec la brosse à WC. A faire idéalement toutes les semaines.


Bonus pour les invités : désodoriser Zéro déchet

pexels-photo-121579

Pour éviter de marquer son passage aux WC par une mauvaise odeur persistante, et sans utiliser d’aérosol industriel, testez chez vous cette astuce toute simple : craquez une allumette dans la pièce. Pour cela il faut que soit une allumette au souffre, car celui-ci a la propriété de détruire les odeurs. Une seule allumette suffit pour toute un pièce.

 

 

 

Et vous, quelle méthode avez-vous testée ? Laquelle avez-vous adoptée ?

Les déodorants sans aluminium Homemade et/ou Zéro Déchet

5983981845_b2305fe9ca_b

Quand on découvre le monde merveilleux du Zéro déchet, cela va souvent de paire avec celui du monde du non-toxique. Le cas du déodorant est particulièrement intéressant car c’est un des premiers casse-têtes qui donne du fil à retordre aux débutants dans le domaine.

Sans vous faire le laïus complet sur les déodorants industriels et leur nocivité – car d’autres blogs le font bien mieux avec moult arguments – résumons-nous à dire que les sels d’aluminium sont une substance qu’il vaut mieux éviter de se rouler sous les aisselles. Il existe aujourd’hui des solutions alternatives qui peuvent facilement entrer dans votre nouveau cahier des charges de vie personnelle : pas de produits nocifs pour mon corps, pas de suremballage nocif pour la planète.

Voici donc une revue des produits qui remplissent, l’un, l’autre ou même les deux critères :

Le must : Zéro déchet et non toxique
Il s’agit de déodorants solides vendus en boutiques ou sur le net sans suremballage plastique.
Ils sont produits par Pachamamaï (sur leur site Internet ou en boutique chez Day by Day) et par Lamazuna. Notez que chez Day by day, vous les trouverez directement sans emballage.

Ils se présentent sous la forme de petits savons qu’il faut passer sous l’eau avant de venir les frotter sous les aisselles et déposer ainsi une fine pellicule de produit. C’est pratique, durable et ça sent bon !

Pour autant, cette formule peut ne pas vous convenir si :

  • Vous ne concevez pas de mettre plus de 10€ dans un déodorant (dans ce cas il existe des recettes pour les fabriquez vous-même – voir ci après)
  • Vous appliquez votre déodorant quand vous êtes habillé (risque de tâches de « gras » sous les aisselles, ou encore de petite gouttes d’eau qui coulent à l’application)
  • Vous préférez un packaging plus pratique pour vos déplacements
  • Vous n’aimez pas leur odeur
  • Le homemade simplissime et personnalisable
    Un déodorant fait maison, ultra facile avec des produits sous emballage recyclable :
    – 30g de bicarbonate de soude très fin : vendu en grande surface dans un emballage carton, mais vous pouvez aussi en trouver en vrac
    – 20g de fécule de maïs : la fameuse Maïzena dans son emballage papier et suremballage carton
    – 20g d’huile de coco : en bocal en verre en magasin bio, vous avez le choix entre une huile qui sent la noix de coco, ou une huile désodorisée si l’odeur ne vous plait pas

    Avec ces 3 ingrédients, vous pouvez faire en 5 minutes un déodorant qui saura convenir aux personnes sans transpiration excessive ni très odorante.

    Il suffit de faire fonde l’huile de coco au bain marie et d’y ajouter ensuite les 2 autres ingrédients en mélangeant bien avant que cela ne refroidisse. Vous verser le mélange dans le contenant de votre choix – moule silicone si vous souhaitez un « pain » de déodorant nu, ou un stick de déodorant solide récupéré ou acheté pour l’occasion, – et vous le placer au réfrigérateur le temps qu’il se solidifie.  L’huile de coco a la particularité de rester solide jusqu’à une température de 25°c environ. Cela peut créer des petites surprises sympathiques de déodorant liquide dans la salle de bain ou dans la trousse de toilette. L’avantage c’est que le déodorant fond directement sur la peau sans avoir à l’humidifier avant.

    9666307913_4c5c461bd0_b

    Il s’agit là d’une base que vous pouvez agrémentez pour ajouter certaines caractéristiques et ainsi le personnaliser à vos besoins :

    • Huiles essentielles qui sentent bon, ou qui sont particulièrement adaptées pour un déodorant : lavande, palmarosa, tea tree, etc. A éviter pour les femmes enceintes ou allaitantes.
    • Cire d’abeille ou de calendula (vegan et au pouvoir plus durcissant que la cire d’abeille) pour éviter les fontes surprises dans le sac, mais avec obligation d’humidifier à l’application.
    • Beurre de karité, de cacao et huiles végétales au pouvoir hydratant qui apaisera les aisselles sensibles.
    • Argile blanche antiseptique et absorbante

    deodorant-recette

    Le déodorant minimaliste
    Pour les petits « veinards » pour qui cela est suffisant, ce sont des produits non toxiques et avec emballage recyclable :

    Déodorant à l’huile essentielle de palmarosa : appliquer juste une goutte d’huile essentielle de palmarosa sur une peau propre et sèche et bien étaler. Ne pas utiliser chez les femmes enceintes ou allaitantes.

    Déodorant au bicarbonate de sodium : à appliquer sur peau humide. La technique est bien expliquée par Une toute zen

    Si votre peau ne fait pas de réaction et que l’efficacité est suffisante pour vous, n’hésitez pas une seconde sur ces déodorants « mono-ingrédient » !

    images

     

    Les formules plus élaborées pour les transpirations excessives ou odorantes
    Si malheureusement les formules précédentes ne vous conviennent pas, l’option Zéro Déchet va peut être devoir être revue à la baisse.

    Le déodorant Soapwalla, plébiscité par beaucoup, mais dont le prix rebute un peu et qui est présenté dans une boite en plastique. Une formule homemade existe sur le blog Mon made in home. Chez Oppositives, nous l’avons testée et approuvée ! Il s’agit d’un déodorant crème à appliquer du bout des doigts. Lavage des mains indispensable ensuite !  Les ingrédients sont trouvables pour la plupart en contenant recyclable (verre ou carton/papier), mais pas tous 🙁 . Un joli contenant en verre sera parfait pour le stocker. Attention présence d’huiles essentielles contre-indiquées pour les femmes enceintes ou allaitantes.

    La formule plus simple de Une toute zen à l’huile essentielle de menthe et alcool à 90° nous intrigue car elle ne contient que 2 ingrédients qui peuvent se trouver en flacon en verre et à appliquer matin et soir pendant quelques semaines (10 gouttes d’HE de menthe mélangées à 1 cuillère à café d’alcool à 90°). A tester !

     

    Quel déodorant avez-vous testé ? Quel est celui que vous avez adopté ?